Tag Archives: règles typographiques

intertitres.org : texte blanc sur fond noir*

8 Nov

C’était il y a 3 mois environ, intertitres.org entrait dans ma vie sans crier gare. Je n’ai rien vu venir : du noir, du blanc, des phrases qui ne font aucun sens : BOOM ! Intertitres.org unit la froideur graphique minimaliste et la décontextualisation pour le meilleur et pour le pire. Et mon cœur a fait schplouick.

Je m'écroule en moi-même

Vider les mots, ces vecteurs suprêmes de sens, de leur signification, ne plus en faire des messages mais les transformer en instances, voilà un peu se qui se cache derrière intertitres.org.

Il n’y a rien de plus drôle que la décontextualisation, car elle n’a pas besoin de référence ou de culture. Les mots existent par et pour eux mêmes, et créent, en se combinant plus ou moins mal les uns avec les autres, la surprise, le rire, l’incompréhension, l’absurde : une pause bien méritée dans la quête de sens quotidienne qu’est la vie, cette bitch.

Réfléchir avant de fléchir

Il doit y avoir comme un système

Reprenons depuis le début : un intertitre classique au cinéma muet est un texte fixe, traditionnellement en blanc sur fond noir, qui s’insère entre 2 images et vient compléter et donner du sens pile poil là où l’absence de dialogue aurait pu semer la confusion. Ça bouchait un trou de sens quelque part.

Intertitre pour Nosferatu

Nosferatu : «Vous venez de vous blesser… Ce sang précieux !»

Avec intertitres.org, c’est l’inverse qui se produit : ces intertitres ne sont plus là pour lier des événements en leur apportant une signification. Ils arrivent comme un cheveu sur la soupe, semant incompréhension et confusion, telle une parfaite introduction au chaos.

C’est jouissif, surtout quand on est adepte de la danse des mots. J’ai pas pu m’empêcher d’y aller de ma modeste contribution.

Ma contribution : Tes paupières sont à Lourdes

J’ai eu envie d’en savoir plus, sur eux, intertitres.org. Sur Julien et Arthur plus précisément, qui ont accepté de répondre à mes questions dans une interview chic, une interview choc.

Non je déconne, c’est bidon.

Intertitres.org : qui sont-ils ? Quels sont leurs réseaux ? C’est maintenant…

Salut intertitres.org. Qui es-tu ? D’où viens-tu ?
Julien/Arthur : Nous sommes deux futurs jeunes trentenaires parisiens travaillant dans l’internet et les médias.

Idéalement à qui (revue, célébrité des arts graphiques, chien savant) rêveriez-vous de donner une interview ?
Sans hésitation, Tom Tucker.


(Je fais la maligne, mais j’avais absolument aucune idée de qui ils parlaient là)

Comment ça a germé dans vos têtes, une idée pareille ?
C’est parti d’un échange d’e-mail sous cette forme d’intertitre (typo blanche sur fond noir) en  mai 2010. Nous nous connaissons depuis 25 ans et avons donc élaboré ensemble un langage particulier, rempli de phrases à nous et de slogans stupides. Le lien entre le fond et la forme s’est vite fait. Julien s’étant fait les dents sur quelques tumblrs à ce moment, le site fut vite monté et le temps d’un repas chez Yo Sushi (sushi bar au UK, «ndlr») nous avions déjà quelques mois de publications préparées. Le reste est venu au fur et à mesure entre nos propositions personnelles et celles de notre entourage.

Une vraie passion du cinéma muet se cache-t-elle au fond de vos petits cœurs (c’est pas la honte de répondre oui, on pourra fonder un club et regarder Le Cabinet du Docteur Caligari tous ensemble) ?
L’intertitre n’est pas seulement réservé au cinéma muet. De nombreux réalisateurs ont continué à l’utiliser pour délimiter des parties dans leurs films. Woody Allen en fait d’ailleurs souvent usage par exemple dans Hannah et ses sœurs où il cite un poème de E. E. Cummings.
Pour répondre à la question : on a plus été inspiré par un certain cinéma expérimental, même si on aime bien The Artist.

Le Cabinet du Docteur Caligari - «Réveillez-le !!»

Les intertitres faits main dans Le Cabinet du Docteur Caligari – «Réveillez-le !!». Pas grand chose à voir avec l’intertitre classique, n’est-ce pas ? Clique sur la vignette pour les voir en action.

Au fond, pourquoi c’est si drôle, intertitres.org ?
Ce qu’on trouve intéressant, c’est que chaque personne a sa propre interprétation d’un intertitre. Parfois, la source n’est pas drôle du tout, mais sortie de son contexte la phrase devient très drôle. Les gens vont donc aimer un intertitre pour des raisons complètement différentes, ils apportent leur point de vue et se l’approprient.

Pendant Des Chiffres et des Lettres, vous attendiez plutôt Le Mot le plus Long ou Le Compte Est Bon?
On était trop occupé à regarder des films pour regarder Des Chiffres et des Lettres.

La typeface utilisée ressemble à du Century Gothic à laquelle on aurait greffé de nouveaux accents. Pouvez-vous nous donner des détails là-dessus ou est-ce confidentiel  ?
Ce n’est pas du Century Gothic, mais nous n’en dirons pas plus… \o/

intertitre.org inédit exclussif

Ligne du haut : typographie super secrète d’intertitres.org / ligne du bas : Century Gothic. Zoome donc un peu et check le C, le E et le N. Tu l’as ?

Qu’est-ce que le Creative Commons et pourquoi vous avez opté pour lui ? Quels sont les avantages pour intertitres.org ?
Creative Commons veut dire que les gens peuvent utiliser nos images du moment qu’ils ne la déforment pas et qu’ils ne l’utilisent pas de manière commerciale. L’avantage pour nous est d’être repris en illustration dans différents articles et du coup d’avoir plus de visibilité.

Merci de bien vouloir nous révéler le mot qui vous amuse le plus.
Pour ce qui est de nos mots préférés, on aime les mêmes, bien entendu : Bourse, Chapitre, Soulier, Pupitre, Exergue, Drastique, Guêtre.

Lui c'est le héros principal

intertitres.org a lancé sa boutique en ligne (posters & tote bags) : http://www.etsy.com/shop/Intertitres. Clique sur la vignette pour y accéder.

Je leur ai également demandé s’ils savaient déjà les mots qu’ils souhaiteraient faire graver sur leur tombe (vazy ça se fait trop pas), ce à quoi ils ont répondu qu’ils n’avaient pas prévu de mourir pour l’instant = MEILLEURE RÉPONSE DE L’UNIVERS.

Pour finir en beauté avec le thème des intertitres, j’invite le lecteur anglophone a jeter un œil à cette étude complète signée Mark Simonson, où il est question des erreurs typographiques (ponctuation, modification du dessin de lettre, style typographique) dans les intertitres de The Artist. Le snobisme typographique a encore de beaux jours devant lui.

* Une référence artistique s’est une fois de plus glissée dans ce titre. Sauras-tu la retrouver? Si oui, frappe dans tes mains !

Publicités

La conquête de l’espace

20 Sep

Hier j’ai lu un article sur le site typographisme.net. (Je précise que je l’ai lu :  je ne me suis pas contentée de le parcourir en diagonale et de croire que j’ai compris le propos de base sans approfondir comme il m’arrive de le faire parfois.  J’en suis fière, donc je le souligne.) Dans cet article, l’auteur explique comment recréer les différentes espaces typographiques en CSS. C’est donc globalement intéressant, mais j’ai surtout retenu l’origine de l’unité em en CSS.

Historiquement, la référence pour calibrer la taille d’une espace est le cadratin. À l’époque du plomb, un cadratin était un blanc carré (« quadratus »), d’une largeur égale à la force de corps, correspondant visuellement à la largeur de la lettre « M » capitale (d’où la désignation anglaise du cadratin, em space).

wood types

© Sage Kehau

J’aime apprendre de petites choses concrètes comme ça!

Je vous invite à lire cet article très intéressant. (Je n’ai probablement qu’un seul lecteur à ce jour, et c’est lui qui m’a fait découvrir le site typographisme.net, j’imagine donc qu’il a lu l’article et que je suis en train de brasser du vent, mais ça ne me gêne pas.)