Tag Archives: famille

Noël sous écran total

26 Déc

Plus que l’occasion d’apprécier un festin entourée de ma famille, cette année Noël a été pour moi le moment où je suis rentrée en contact avec 2 des plus grands fléaux que la Terre ait jamais portés, j’ai nommé la mauvaise télé et le fait de devoir utiliser un ordi qui n’est pas le mien.

Je n’ai plus du tout la télé depuis peu, parce que je ne la regardais plus depuis longtemps. La seule réelle utilisation que j’en avais se résumait ainsi :

  • grippe style : je regarde la télé quand je suis clouée au lit 8 jours ;
  • deutsche mamie style : je regarde Karambolage sur Arte le dimanche soir (et Arte en allemand en général) ;
  • junk style : je regarde Koh Lanta, parce que j’aime construire des cabanes.

Alors certes, je suis parfois un petit peu à la ramasse pendant les dîners mondains en ce qui concerne les sujets les plus cruciaux. « Ha bon c’est machin qui est parti de Koh Lanta? Ha bon ils ont changé le générique de JT de TF1? » En revanche, mon niveau de bonheur intra-crânien a réellement crevé le plafond depuis que j’ai cessé de m’actualiser auprès de la télévision.

Revenons-en à la choucroute, me voila donc en mode chill out en famille, le lendemain du festin, au sein d’un foyer où je n’ai pas le pouvoir de décision quant à l’usage et au contrôle de la télécommande. Bien plus grave que le choc qu’est devenu pour moi le simple fait de regarder la télé (« Sérieux c’est ça leur sujet de JT? Sérieux, c’est quoi cette pub? C’est qui ce présentateur? C’est quoi ce concept d’émission? »), je réalise que je suis devenue l’anti-sociale de la famille, celle qui n’aime pas la télé, et qu’à cause de mon comportement et de mes commentaires, je dérange mes proches qui veulent simplement se divertir.

Lassée de l’offre proposée par la télé, et de voir que j’étais la rabat-joie de la soirée, j’ai tenté de chercher un peu de réconfort dans les bras d’internet.

Je trouve infernal et très déprimant d’avoir à utiliser un autre ordi que le mien, et ceux de ma famille, particulièrement, me donnent des envies de meurtre sur ma propre personne. Aujourd’hui, un OOMI (objet ordinationnel mal intentionné) a fini de m’achever, moi, la shoe addict célibataire qui devrait perdre du poids de ventre avant de devenir propriétaire de mon premier logement, dans lequel je pourrais élever des chats et peut-être des enfants, pendant que je tente de cacher mes premières rides.

Là, je dois remercier une personne qui se reconnaîtra (il n’y a probablement qu’elle qui lira ce billet). Merci de m’avoir d’installé un programme de désactivation de l’affichage de pubs en ligne. J’apprécie beaucoup ce petit programme qui me permet de désactiver l’affichage des publicités lors de mon utilisation privée d’internet et de l’activer d’un seul clic, précisément lorsque j’ai besoin de les voir (hé oui, nous autres, êtres supérieurs du web, avons parfois BESOIN de voir la publicité). Il y a des sites que je visite fréquemment sur lesquels j’ai désactivé l’affichage des publicités depuis longtemps et pour lesquels j’avais complètement oublié la présence de certains messages à buts lucratifs.

Si vous n’avez pas encore de bloqueur de pubs en ligne, en installer un devrait être votre bonne résolution n°1 pour la nouvelle année. C’est l’enjeu majeur de ma campagne 2012.

Moralité : Au lieu de m’apporter le réconfort auquel je m’attendais, l’édition 2011 de Noël a été gâchée par  la télé, l’ordi et internet, qui à eux 3 m’ont tellement filé le cafard que seules des activités de forever alone ont réussi à me sauver : faire mes devoirs de Japonais (fayotte power), écouter de la musique au casque (comme seuls les vrais autistes le font) et écrire ce billet à l’arrière-goût de bêtisier de Noël. Ma proposition de faire un jeu de société en famille – comme dans les vraies familles unies de la télé – n’a fait que révéler mon ennui profond pour la soirée télé. J’espère que ma famille ne m’en voudra pas d’avoir été un peu désagréable pendant ce grand moment de célébration. J’ai essayé, j’ai vraiment tout essayé. Petite famille chérie, je t’aime, mais pour 2012, je voudrais que tu sois moins devant la télé.

J’ai hâte d’organiser mon premier Noël tv free internet free (et portable free,  et joie-de-vivre free aussi pendant qu’on y est) et d’imposer sans une once d’indulgence envers quiconque mon règlement de Chef des Rabat-Joie.

Sur ces bonnes paroles, paix et amour dans les chaumières.

PS : Je viens de découvrir Black Mirror  (grâce à la même personne que pour le bloqueur de pubs… Note pour plus tard : essayer de me faire plus d’amis en 2012) du britannique Charlie Brooker, un programme télévisuel qui pose des questions quant à nos relations avec les écrans. C’est bien traité, la forme est inhabituelle (les épisodes n’ont rien à voir entre eux, leur durée n’est pas formatée), on n’est pas dans l’image choquante, alors que le propos l’est pas mal, surtout pour le premier volet « National Anthem », ça décortique assez bien l’ambivalence des actions qui paraissent anodines : voir, regarder, être vu, s’informer, utiliser un appareil. Le créateur en parle sur The Guardian (en anglais).

PS 2 : Ne pas utiliser d’image dans ce billet me paraissait tout indiqué.

Publicités